Code barre 39 – fichier exemple

Je livre ici un petit fichier exemple gratuit pourCodeBarre39_FileMaker
afficher une rubrique nombre sous forme de code barre 39 (barcode free), en FileMaker 12.

Afficher le code barre ne nécessite qu’une rubrique, de type calcul. Aucun script, aucun plug-in.

Télécharger le fichier CodeBarre39_Exemple_.fmp12

(ce fichier est une adaptation / simplification du fichier de excelisys )

 

Formulaires UDA sur FileMaker

J’ai développé sur FileMaker un kit permettant de remplir les formulaires UDA (Union des Artistes ) .

Ce kit FileMaker est destinés à toutes les entreprises qui embauchent des comédiens ou artistes au Québec, et qui doivent utiliser les formulaires de l’UDA, ce kit comprend entre autres:
– Saisie des productions
– Saisie des comédiens et informations associées
– Contrat de narration
– Contrat d’engagement pour les nouveaux médias
– Contrat d’enregistrement TV
– Contrat de doublage
– Formulaire de remise
– Relevé de paiement
– Droits de suite
. . . . .

Ce kit est disponible en Filemaker version 12.

Nous contacter pour de plus amples informations: Jean Lasnier au 514-937-5225

La dispersion du code dans FileMaker

Développer dans FileMaker nécessite d’utiliser plusieurs outils de ce logiciel: le gestionnaire de structure (Tables et champs) le graphe des liens, le créateur de script, les modèles, les boutons, les listes de valeur, sans parler des déclencheurs de scripts, des fonctions personnalisées, et des menus personnalisés.

Si l’on étudie un exemple simple, une valeur calculée présente dans un champ, celle-ci peut être calculée de plusieurs manières :
– Dans un bouton présent dans un écran (modèle)
– Dans la définition de la rubrique elle-même
– dans un script
– Dans une fonction personnalisé, appelée par un script ou un calcul de rubrique

Tout ceci conduit à une dispersion du code qui nous oblige, pour effectuer une maintenance ou une modification, à une recherche et un débroussaillage pouvant être fastidieux et générateur de pertes de temps.

Pour ces raisons, l’expérience et l’habitude m’ont petit à petit pousser à laisser de coté des fonctions comme les menus personnalisés ou les fonctions personnalisés. Ces fonctions, pour moi ne sont pas indispensables.

Google Maps – FileMaker – Exemple d’intégration (et WebDirect)

Je livre ici un fichier exemple FileMaker d’une intégration d’une carte multipoints, générée par Google Maps et affichée dans un webviewer (Nous parlons ici de l’API Java v3 de Google Maps). Aussi compatible WebDirect.

Google Maps FileMaker Exemple de Carte

Fonctionnalités du fichier
– Création d’une carte Google Maps
– Affichage de plusieurs points
– Affichage d’une légende pour chaque point
– Choix de la couleur d’affichage de chaque point
– Calcul automatique de la latitude et de la longitude

Lire la suiteGoogle Maps – FileMaker – Exemple d’intégration (et WebDirect)

FTP – FileMaker (sans plugin)

FTPparFileMakerFileMaker peut devenir un client FTP. J’offre ici l’exemple d’un fichier FileMaker à partir duquel il est possible d’effectuer un transfert de fichier par FTP, directement à partir de votre base de données FileMaker.

Les commandes FTP classiques peuvent être lancées (get, put delete), directement à partir de la base de données FileMaker. Implémenter cette solution dans FileMaker est simple : 2 scripts, 2 tables, 2 modèles. Aucun plugin n’est nécessaire pour lancer les commandes FTP.

J’ai inclu aussi un exemple d’utilisation de la commande de script « Insérer depuis URL » qui permet, à partir de FileMaker 12, de télécharger un fichier par FTP.

Compatible Windows.

Le fichier est complètement ouvert. Libre à vous de vous en inspirer ou de le copier en entier.

Télécharger le fichier _FTP_parFileMaker.fmp12

Nomenclature simplifiée en FileMaker

La nomenclature dans FileMaker et notamment la nomenclature des rubriques est importante en développement. FileMaker. FileMaker le rappelle dans son document « FileMaker Development Conventions » .

Il faut se rappeler cependant pourquoi on fait cela : dans un but de clarté, et de rapididité de relecture, quand on revient soi-même sur un développement que l’on a pas touché depuis un an, ou quand un autre développeur veut modifier celui-ci.

Je partage entièrement les grands principes de nommage décrit par FileMaker : utilisation des majuscules, minuscules, des caractères « _ » ou « – »   . Mais sur les rubriques clé (primaires, secondaires…) mon expérience m’a poussé à utiliser une autre politique de nommage. En effet, FileMaker nous conseille d’ajouter les lettres suivantes, z k, p, l, a, t,     etc.. pour non seulement identifier rapidement la rubrique clé en question mais aussi pour  savoir tout de suite comment elle est faite, tout cela sans avoir à aller dans la fenêtre d’edition des rubriques.

Mon expérience m’a plutôt poussé à utiliser le système suivant : une clé commence toujours par « Id« . Si je suis dans la table Factures, la clé primaire de cette table s’appelera tout simplement IdFacture. Toujours dans le même principe, les clé secondaires seront IdClient, IdProjet etc… Le nom me dit tout de suite si je manipule une clé primaire ou secondaire: dans la table Facture, la clé IdClient ne peut être que secondaire, et ainsi de suite….

Quand à vouloir connaitre la nature elle-même de la clé (texte, nombre etc…), pour moi, quand je suis en train de développer un script par exemple, cela ne présente pas beaucoup d’intéret, car les opérations que l’on programme à ce moment là sont essentiellement des copies de valeur d’une table à une autre, et aussi parce que mes clés sont presque essentiellement des clés numériques automatiquement incrémentées.

Le résultat est là, beaucoup simple et lisible, presque « littéraire ». Appréciez la différence :

Développer directement sur FileMaker serveur

Après de nombreuse années passées à modifier des fichiers installés, soit sur mon ordinateur local, et ouvert directement, ou encore sur des fichiers partagés sur un petit réseau et ouvert par une version standard de FileMaker Pro, ou enfin sur des fichiers installés sur une version de FileMaker serveur en bonne et due forme, je peux  conclure que je préfère largement travailler sur un serveur directement.

Lire la suiteDévelopper directement sur FileMaker serveur