Éviter les Plug-in

En 20 ans de développement sur FileMaker, deux fois seulement j’ai fourni une solution à un client comprenant un plug-in. Je préfère toujours livrer une solution sans plug-in, et je ne vais proposer à mon client d’utiliser un plug-in, que si cela s’avère être absolument nécessaire et que je n’ai pas trouvé une alternative.

À bien y réfléchir, quand je repense à ces dizaines d’applications développés pour une soixantaine de client, je m’aperçois que ce n’est même pas moi qui en décide ainsi, mais bien mon client lui-même.

En effet, dans ma relation-client je vends FileMaker comme un produit permettant la simplicité, la rapidité de développement, l’évolutivité. Dans l’analyse des besoins et la construction de la solution, j’explique exactement à mon client jusqu’ou peux aller la simplicité de FileMaker, je lui montre aussi les limites de FileMaker. Si mon client veut aller plus loin, pour répondre à un besoin particulier, je lui montre quelles en sont les conséquences exactes: coût de licences d’un éventuel plug-in, surcoûts de développement etc… C’est à lui que revient la décision finale.

Pour moi, ajouter un plug-in à une solution, c’est multiplier les coûts de licence comme je l’ai dit, mais c’est aussi multiplier les problèmes d’installation, les interlocuteurs en cas de besoin de support, c’est complexifier mon développement en  y ajoutant un autre « langage », c’est donc aussi complexifier la maintenance de mon application. C’est aussi multiplier les risques de bugs éventuels. Tous ces problèmes, multipliez les par le nombre de plug-in nécessaires à l’application développée.

C’est ce que je pense, et apparemment mes clients pensent la même chose.

Tags:

Posted in plug-in, simplicité


Laisser un commentaire